Skip to content

A Ciambra, portrait d’une famille rom dans le sud de l’Italie (Jonas Carpignano, Italie/US)

Avec son deuxième long métrage, le réalisateur Américain-Italien Jonas Carpignano bouscule le paysage homogène qui occupe les films italiens, majoritaires au Festival international de Film de Bari (21-28 avril 2018). Il bouleverse aussi les représentations sages. Suite sur Africiné 

 

Publicités

Rafiki director Wanuri Kahiu (Kenya) talking about Unity,Peace and Liberty (Cannes 2018)

Orange s’engage à promouvoir Frontières de Apolline Traoré, Apatrides de Nerjis Najar, Makila de Machérie Ekwa et Rafiki de Wanuri Kahiu (Cannes 2018)

La réalisatrice Apolline Traoré à propos de Frontières (Burkina Faso)

 

IMG_0538[1].JPG

Hommage a Idrissa Ouedraogo (1954-2018)

Tilaï, de Idrissa Ouédraogo  Du classicisme africain !  

via Tilaï, de Idrissa Ouédraogo  Du classicisme africain !  

Ousmane William Mbaye, l’odyssée d’un enfant du cinéma

Le grenier de Kibili

Le Grand Prix du président de la République pour les Arts, reçu le 19 décembre 2017 des mains du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, sonne comme une consécration pour le cinéaste sénégalais Ousmane William Mbaye, dont la reconnaissance du travail se mesure à sa persévérance à laisser, à travers ses films documentaires, des traces de mémoires pour la postérité.

DSC_7733

Le 4 mars 2017, le prix du meilleur documentaire de la 25-ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), attribué à Ousmane William Mbaye pour son film Kemtiyu – Séex Anta – qui dresse un portrait de l’historien et homme politique sénégalais Cheikh Anta Diop (1923-1986) – avait déjà fortement mis en lumière le cinéaste.

Mais le Grand Prix de ce 19 décembre 2017 a ceci de particulier qu’il est, en tant qu’institution, le fruit de la rencontre d’une volonté des artistes et acteurs…

View original post 1 446 mots de plus

Fespaco : le moment de se réinventer

Le grenier de Kibili

Un atelier de trois jours s’est ouvert ce jeudi 30 novembre 2017 à Ouagadougou, en préparation du cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (FESPACO), prévu en 2019. Organisée sous le thème : « rôle, place et fonction du FESPACO dans le développement de l’expression cinématographique et audiovisuelle en Afrique et dans la diaspora », la rencontre vise à « définir le contenu et le thème du cinquantenaire et aussi, dégager des perspectives pour une meilleure organisation des futures éditions » du festival. Si le festival veut être la vitrine du cinéma – image qu’il na pas encore réussi à asseoir -, il est impérieux d’aller au-delà de cet objectif. La viabilité de la manifestation commande des réformes en profondeur, voire une petite révolution.

arton813935

La 26-ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) , prévue du 23 février au 2 mars…

View original post 819 mots de plus

Plusieurs films primés à Africlap

Festival des cinémas d’Afrique de Toulouse (30 août – 3 septembre 2017)

Le Grand prix Kilimandjaro (Meilleur long métrage fiction) a été décerné ex-aequo à Chroniques de mon village de Karim Traidia (Algérie) et à Wallay de Berni Goldblat (Burkina Faso). Cette première œuvre fiction du réalisateur helvétique (burkinabè d’adoption) a été amplement saluée et récompensée dans nombre de festivals internationaux. Le jeune Makan Nathan Diarra y fait son apparition pour la première fois au cinéma, auprès d’Ibrahim Koma (Wùlu, La Cité Rose).

Lire l’article en entier sur imagesfrancophones.org